ACTUALITÉS

Recrutements

Formations

Les Centres d’Instruction des Recrues sont chargés de la formation militaire initiale des recrues de :

  • La Gendarmerie Nationale ;
  • l’Armée de Terre ;
  • l’Armée de l’Air ;
  • la Marine Nationale.

1°) Les Centres d’Instruction des Recrues sont placés sous I’autorité des Commandants de Centre, officiers nommés par Arrêté du Président de la République. IIs sont assistés des Directeurs de l’instruction, officiers nommés par arrêté du Président de la République.
2°) Les rangs et prérogatives des officiers visés à l’alinéa 1 ci-dessus fixés par des textes particuliers. Chaque centre d’instruction des recrues comprend:
  • la Compagnie de commandement et des services ;
  • des Compagnies d’instruction.

1°) Le Centre d’Instruction des Elèves Sous-Officiers est une école de formation militaire initiale destinée à accueillir les Elèves Sous-Officiers de la Gendarmerie et des Armées.

2°) D’autres missions de formation pourraient, le cas échéant, lui être confiées par le Haut Commandement.

3°) Le Centre d’Instruction des Elèves Sous-Officiers relève du Commandement des Ecoles et Centres d’Instruction Interarmées (COMECIA).

4°) Le Centre d’Instruction des Elèves Sous-Officiers est implanté à LOMIE (Département du HAUT NYONG).

1°) L’Ecole de la Logistique est chargée de la formation et du perfectionnement des personnels militaires dans les spécialités de la Logistique.

2°) L’organisation et le fonctionnenment de l’Ecole de la Logistique font I’objet de textes particuliers.

L’Ecole Militaire Interarmées est un établissement de formation militaire chargé :

  • De la formation initiale des élèves officiers ;
  • Du perfectionnement des officiers des Armées et de la Gendarmerie Nationale ;
  • De l’Enseignement Militaire Supérieur (disposition abrogée par l’article 33 du Décret n°2005/15 du 13 janvier 2005 portant création et organisation du Centre de l’Enseignement Militaire Supérieur).

La formation initiale vise à :

  • Rendre les élèves officiers aptes à commander une section d’infanterie ou à tenir un emploi subalterne au sein d’une unité ou d’une structure technique de l’Armée de Terre ou de la Gendarmerie Nationale :
  • Faire acquérir aux élèves officiers les éléments de base nécessaires à l’exercice du métier et les connaissances indispensables de culture générale.

Le perfectionnement vise à:

  • Parfaire les connaissances tactiques et techniques des officiers ;
  • Les préparer au commandement d’unités ou à la tenue de postes en Etat-Major, éventuellement de niveau supérieur à celui de leur grade.

L’Ecole Militaire Interarmées est placée sous l’autorité d’un Commandant, assisté d’un Commandant en Second, officiers nommés par décret du Président de la République. Leurs rangs et prérogatives sont fixés par des textes particuliers.

Le Commandant de l’Ecole Militaire Interarmées assure la direction de l’Ecole.

Son action s’étend sur tous les aspects pédagogique, disciplinaire, administratif et financier relatifs à son fonctionnement.

Il peut faire appel à toute compétence extérieure pour les inspections académiques et militaires.

Les enseignements dispensés à l’Ecole Militaire Interarmées portent sur :

  • L’instruction militaire théorique et pratique ;
  • La culture générale et la culture de Défense ;
  • La formation civique et morale ;
  • L’entrainement physique et militaire.

Les programmes des cours sont préparés par le Commandement de l’Ecole et approuvés en Conseil de direction. Ils sont arrêtés par le Ministre Chargé de la Défense.

L’organisation et la durée des études à l’Ecole Militaire Interarmées sont fixees par un texte particulier.

1°) L’Ecole Militaire Interarmées est ouverte aux officiers et élèves officiers étrangers proposés par leur Gouvernement. Les officiers et élèves officiers étrangers sont à la charge de leur Gouvernement. Leur gestion et leur admission font l’objet d’accords particuliers avec les Etats intéressés.
2°) Les officiers étrangers peuvent être admis à suivre des cours de perfectionnement et d’enseignement militaires supérieur dans les conditions fixées par les textes particuliers.
3°) Les officiers stagiaires et les élèves officiers étrangers sont, selon les  cas, soumis aux mêmes règles de discipline que les officiers stagiaires et les élèves officiers Camerounais. Toutefois, en cas de faute grave, le Commandant de l’Ecole Militaire Interarmées saisit le Conseil de discipline qui émet un avis et soumet ses conclusions au Ministre chargé de la Défense pour décision.

Les élèves officiers qui, pendant leur séjour à l’Ecole Militaire Interarmées, se rendent coupables d’assassinat, de vol aggravé, de viol, de détention et d’utilisation illégale d’armes de guerre ou sont objet d’une condamnation définitive privative de liberté sans sursis, d’atteinte à la sureté de l’Etat, d’actes de grand banditisme, de désertion pour une période égale ou supérieur à trente (30) jours, sont radiés de plein droit des effectifs de l’Ecole par le Ministre chargé de la Défense

Sous l’autorité du ministre chargé de la Défense, le Chef d’Etat-Major des Armées, assure la direction de l’enseignement militaire supérieur. L’enseignement militaire supérieur comporte trois niveaux de formation.
  • L’enseignement militaire supérieur préparatoire;
  • L’enseignement militaire supérieur du 1er degré
  • L’enseignement militaire supérieur du 2nd degré.

1°) L’enseignement militaire supérieur préparatoire :
  • Il vise à préparer les officiers de la Gendarmerie et des Armées à assurer des responsabilités d’un niveau supérieur au sein d’une formation de la valeur d’un bataillon ou de toute autre formation, organisme ci fonctions reconnues équivalentes telles que définies par un texte particulier.
  • Il est sanctionné par l’attribution de Certificat d’Etat-Major (C.E.M).
L’admission à l’enseignement militaire supérieur préparatoire se fait sur étude de dossier ou suivant les modalités prévues dans les conventions ou accords particuliers pour les militaires étrangers. 2°) L’enseignement militaire supérieur du 1er degré :
  • il vise à donner au officiers de la Gendarmerie et des Armées les compétences nécessaires pour assurer des responsabilités de haut niveau au sein de certaines unités de référence et des responsabilités d’un niveau supérieur au sein de formations de la valeur de la Brigade, du groupement de forces ainsi que dans les Etats-Majors de haut niveau tels que la région de Gendarmerie, la Région Militaire InterArmées, l’ardminstration centrale, les Etat-Majors centraux, interalliés et internationaux.
  • Il est sanctionné par l’attribution du Diplôme d’Etat Major (D.E.M). L’admission à l’enseignement militaire supérieur du 1er dégre se fait sur concours ou suivant les modalités prévues dans les conventions ou accords particuliers pour les militaires étrangers.

2°) l’Enseignement militaire supérieur du 2nd degré
  • Il vise à préparer les officiers supérieurs à assumer des responsabilités d’État-Major, de commandement et de direction au sein de leur armée d’appartenance, dans les organismes et États-Majors interarmées et interalliés, ainsi que dans tout autre poste où s’élabore et s’exécute la politique de Défense.
  • Il vise également à contribuer au développement des études et des recherches dans les domaines stratégique et tactique.

  • L’enseignement militaire supérieur du 2nd degré comporte 02 filières :
    • La filière enseignement militaire supérieur d’État-Major, ouverte aux officiers titulaires du diplôme d’Etat-Major;
    • La filière enseignement militaire supérieur  scientifique et technique, ouverte aux officiers des services et ce titulaires de certains diplômes supérieurs ;

    L’enseignement militaire supérieur du 2nd degré est sanctionné par l’attribution du Brevet d’études militaires supérieures B.E.M.S. L’admission à l’enseignement militaire supérieur du 2nd degré se fait sur concours ou suivant les modalités prévues dans les conventions ou accords particuliers pour les militaires étrangers. Un texte particulier fixe les modalités d’admission des hauts cadres d’autres administrations à l’enseignement militaire supérieur du 2nd degré.
Sous l’autorité du Ministre chargé de la Défense et sous la direction du Chef d’État-Major des Armées, le Centre de l’Enseignement Militaire Supérieur assure :
  • L’enseignement militaire supérieur préparatoire;
  • L’enseignement militaire supérieur du 1er degré ;
  • L’enseignement militaire supérieur du 2nd degré.

Le Centre de l’Enseignement Militaire Supérieur relève du Commandement des Ecoles et Centres d’Instructions Interarmées.
Le Centre de l’Enseignement Militaire Supérieur relève du Commandement des Ecoles et Centres d’Instructions Interarmées.
Le lieu d’implantation du Centre de l’Enseignement Militaire Supérieur est Yaoundé.
Le Centre de l’Enseignement Militaire Supérieur est placé sous l’autorité d’un commandant, assisté d’un commandant en second, officiers nommés par décret du Président de la République.
Le Centre de l’enseignement Militaire Supérieur comprend :
  • Le Secrétariat ;
  • Le Bureau du Courrier, de la Documentation et des Archives;
  • La Direction des Affaires Générales
  • L’Ecole d’Etat-Major ;
  • L’Ecole Supérieure Internationale de Guerre (à l’origine Cours Supérieur Interarmées de Défense et rebaptisé Ecole Supérieure Internationale de Guerre en 2013 à la suite des instructions du Chef de l’Etat, Chef des Armées) ;
  • Le Conseil de Direction ;
  • Organe Consultatifs.

A la une